Association de défense
des enfants victimes de cancer

Le saviez-vous ?

500 enfants/an

décèdent d'un cancer en France, soit 20 classes d'écoles. Ce chiffre ne recule plus depuis 15 ans. Sur les dernières décennies, seuls les cancers pédiatriques répondant aux « traitements pour adultes » ont vu leur chance de guérison s’améliorer.

Le cancer est la 1ère cause de mortalité

des enfants par maladie. Les leucémies, les tumeurs cérébrales et les sarcomes prédominent nettement.

Traitements de fin de vie

Pour plusieurs cancers pédiatriques, notamment les tumeurs cérébrales, les traitements se résument souvent à des soins palliatifs.

L'augmentation du nombre de cas

Le taux de cancers sur les enfants augmente de 1 à 3% chaque année, selon plusieurs études européennes. Un enfant sur 400 sera touché par un cancer avant sa majorité.

Trop peu de financements sont alloués par l'Etat

à la recherche sur les cancers pédiatriques, par le biais de l'INCa. C'est pourquoi nous souhaitons qu'une loi garantissant un fonds public dédié à recherche sur les cancers de l'enfant d'un montant de 20 millions d'euros/an (en plus des faibles moyens existants) soit votée.

Non rentables

La recherche est essentiellement axée sur les cancers des adultes, pour des raisons de rentabilité. Or, les tumeurs malignes détectées chez les enfants sont souvent différentes de celles des adultes et ne peuvent se soigner de la même manière.

Une recherche dédié indispensable

Pourtant, la plupart des projets de recherche fondamentale et préclinique sur les cancers de l'enfant ne sont pas soutenus par l'Etat français. Les chercheurs peuvent perdre plus de 50% de leur temps à chercher de l'argent, à répondre à des contraintes administratives ...

La recherche des causes

est trop faible pour les enfants atteints de cancers. Pourtant, la prévention permet, chez l’adulte, de réduire fortement le nombre de cancers. Diminuer le nombre d'enfants diagnostiqués est essentiel.

Les pesticides et polluants

sont classés « cancérogènes probables » voire « cancérogènes certains », mais restent en vente libre. On peut les trouver en quantités importantes dans l'environnement ou l'alimentation de l'enfant.

Une femme qui perd son enfant...

Une femme qui perd son mari est une veuve ; un homme qui perd sa femme est un veuf ; un enfant qui perd ses parents est un orphelin ; aucun mot n'existe pour un parent qui perd son enfant.