Assemblée Nationale : vote définitif de la PPL sur l'accompagnement des familles après le décès d'un enfant - 26 mai 2020

L'Assemblée Nationale a adopté à l'unanimité, avec des témoignages émouvants, un texte de loi enrichi auquel Eva pour la vie a contribué en intervenant avec les députés, les sénateurs, le ministère de la santé : versement d'un capital décès public aux parents perdant un enfant, protection des familles contre le licenciement, maintien des allocations 3 mois après le décès ... en plus de la proposition de loi initiale du député du Nord Guy Bricout, visant à étendre la durée du congé accordé aux parents d’un enfant décédé.

Durant cette séance d'union nationale, plusieurs députés ont ouvert leur coeur, livré des témoignages personnels libérateurs liés à la mort de leur propre enfant, d'un jeune frère ... plusieurs ont également fait un "mea culpa" sur le rejet de la PPL de Guy Bricout par le gouvernement le 30 janvier 2020, qui avait provoqué un tollé dans l’opinion publique, et incité – à juste titre - le président Emmanuel Macron à demander au gouvernement de "faire preuve d’humanité".

Applicable dès le 1er juin 2020, cette proposition de loi aura des effets concrets sur les familles :
- Le congé de deuil est porté de 5 à 15 jours fractionnables
- Les aides sociales (CAF etc...) en lien avec l'enfant seront maintenues pendant 3 mois. Jusqu'à présent, les aides s'arrêtaient juste après le décès d'un enfant. Une amélioration a également été actée pour les bénéficiaires du RSA.
- Un capital décès public, qui permettra de couvrir les frais d'obsèques, sera versé automatiquement à l'ensemble des familles d'enfants décédés par la CAF, conformément aux propositions faites par Eva pour la vie depuis plusieurs années. Son montant fera l'objet d'un décret. Nous souhaitons, comme les députés, que le montant s'élève à 3000€.
- Les familles endeuillées seront protégées contre le licenciement durant une période de 13 semaines
- Le soutien psychologique, tel que les psychologues de villes" sera remboursé.

Nous nous réjouissons de ces avancées, sur lesquelles nous nous sommes fortement mobilisés, avec plusieurs associations co-fondatrices de Grandir Sans Cancer - telles que Le sourire de Lucie, Aidons Marina, LEA, Autour d'Evan - et des associations de deuil telles que SOS Prémas ou Mieux traverser le deuil.

Enfin, nous souhaitons que les élus s’engagent rapidement, avec nous, sur le "pendant" une maladie grave, un accident de la vie affectant l'enfant ... en créant un statut de « parent protégé », qui inclurait un ensemble de mesures financières visant à réduire la précarité des familles confrontées à la maladie ou le handicap d'un enfant. Nous avons formulé des propositions fortes, chiffrées et argumentées, qui pourraient s'inscrire dans une nouvelle proposition de loi.

Vous pouvez compter sur notre implication, pour que les enfants et les familles confrontés aux maladies graves, face au handicap, face au pire, soient mieux protégées.


"Les seules vraies erreurs sont celles que nous commettons à répétition. Les autres sont des occasions d'apprentissage"
Dalaï Lama.
Retour à la page précédente